Croissance des crypto-monnaies: une explosion en plein vol ?

Les plateformes d’échange de crypto-monnaies désorganisées

L’année dernière, nous avons assisté à une croissance sans précédent du marché des cryptomonnaies. Le bitcoin a atteint 20 000 $ pour la première fois, ICO est devenu un mot à la mode qui a commencé à circuler non seulement parmi la foule avertie financièrement, mais aussi parmi les profanes. À bien des égards, les échanges de cryptomonnaie ont catalysé cette explosion d’intérêt pour le marché des crypto-monnaies.

Au cours des quatre ou cinq dernières années, de nombreuses bourses centralisées sont sorties de rien et sont devenues disponibles pour les futurs investisseurs. Leur interface conviviale et leur seuil d’entrée bas ont rapidement capté l’audience. La façon dont les échanges ont rendu le commerce de crypto-monnaie accessible à beaucoup de gens était certainement un fait rarement constaté précédemment dans l’industrie financière. Cependant, les échanges centralisés ne correspondent pas à la philosophie de la communauté des cryptomonnaies et ne sont pas conformes à ses valeurs. C’est en effet la décentralisation grâce à la blockchain qui fonde un des grands apports des crypto-monnaies.

Contrairement à sa dynamique monopolistique, les échanges centralisés ne garantissent ni la sécurité ni l’intégrité. La communauté des cryptomonnaies se souvient encore du cas du monopole d’échange de bitcoins, Mt.Gox, qui a été mis hors ligne en 2014 après avoir perdu près de 350 millions de dollars en bitcoins dérobés par des hackers. Il a été considéré comme le plus grand piratage de crypto-monnaie de l’histoire. En 2018, CoinCheck, une plateforme d’échange de crypto-monnaies japonaise, a éclipsé le record de Mt.Gox après avoir perdu près de 530 millions de dollars de token NEM après un piratage. Ces précédents placent les traders de crypto dans une position vulnérable.

Les plateformes d’échanges sont construites sur la base de la confiance car elles détiennent les clés privées des comptes de leurs clients. De nombreux clients conservent actuellement leurs crypto-monnaies sur ces plateformes. Les plateformes centralisées sont sujettes au piratage informatique et une simple attaque peut entraîner des pertes graves et le vol d’identité des clients. Des problèmes mineurs peuvent également rendre nerveux un investisseur novice sur les cryptomonnaies. De nombreux échanges sont interrompus pendant quelques heures ou quelques jours pour des travaux de maintenance. Certains peuvent arrêter les transactions sans avertissement. En janvier, un échange centralisé célèbre appelé Kraken a suspendu ses travaux pendant trois heures, mais qui ont au final duré 40 heures. Et tous les traders, même les nouveaux venus, savent que le marché des cryptomonnaies est très volatile : le moindre délai de transaction peut entraîner une perte de profit. Les traders de cryptomonnaies ne peuvent donc s’empêcher de suivre quelques règles afin de minimiser les risques. Il vaut mieux ne pas garder toutes les économies sur une seule plateforme d’échange, la diversification est donc la clé. Une autre solution possible est une plateforme décentralisée qui ne stocke pas les fonds et les clés privées, mais permet uniquement les transactions via des contrats intelligents aussi appelé « smart contract« . Pour sécuriser vos détentions de crypto-monnaies, il existe différentes solutions.

Lors de l’étude terrain réalisée auprès de 28 investisseurs, nous avons pu constater que 70% des sondés n’ont pas entièrement confiance dans les plateformes actuelles d’échange de cryptomonnaies. On y voit l une traduction des problèmes récurrents liées celles-ci.

La volatilité des crypto-monnaies est un frein à leur développement

Une volatilité trop importante pour être utilisée en monnaie d’échange

L’année dernière a été la moins volatile de l’histoire boursière des dernières décennies. Les traders qui ont historiquement profité des fluctuations de prix ont eu recours à des algorithmes de trading à haute fréquence gérés par des ordinateurs agissant à la milliseconde. À Wall Street, les humains sont remplacés par des machines, et pourtant, quatre mois de volatilité sur le marché boursier peuvent être couverts en un mois de mouvements de prix sur les marchés de la cryptomonnaie. Cette volatilité est inquiétante pour 18,2% des sondés de notre étude tant elle influe sur le montant de leur portefeuille investi. Pour constater la forte volatilité de ces actifs, il suffit de regarder la page d’actualité bitcoin et cryptomonnaies du site le Boursier. Cette page est en effet jonché de dépêche caractérisant la forte volatilité de ces actifs ! ‘Effondrement’, ‘fondre’, ‘rebond’… Le champs lexical de la volatilité est bien garni ! Mais cette forte volatilité s’explique par plusieurs raisons.

1) Aucune valeur intrinsèque

Malgré les évaluations de la taille d’une entreprise, les crypto-monnaies ne vendent pas un produit, ne génèrent pas de revenus ou n’emploient pas des milliers de personnes. En général, ils ne rapportent pas de dividendes et seule une infime partie de la valeur totale de la monnaie contribue à son évolution. De ce fait, il est difficile à évaluer. Comment savons-nous s’il est acheté ou survendu? Quand est-ce un bon rapport qualité / prix? En l’absence d’éléments fondamentaux sur lesquels fonder cette information, nous ne pouvons compter que sur le sentiment du marché, souvent dicté par les médias qui gagnent de l’argent.

2) Absence de surveillance réglementaire

La cryptomonnaie est un phénomène mondial et, alors que les gouvernements s’en prennent l’industrie, la réglementation en est encore ses débuts. Une réglementation aussi limitée permet une manipulation du marché qui, à son tour, introduit de la volatilité et décourage les investissements institutionnels, puisqu’un grand fonds ne peut garantir que son capital est réellement sécurisé ou du moins protégé contre de tels acteurs. L’état semble impuissant face au développement des crypto-actifs.

3) Manque de capital institutionnel

Bien qu’il soit indéniable que certaines sociétés de capital-risque impressionnantes, des fonds spéculatifs et des particuliers bien nantis soient investisseurs dans les cryptomonnaies, la majeure partie du capital institutionnel reste en marge. La plupart des responsables bancaires admettent qu’il existe intérêt, mais qu’ils doivent encore engager des capitaux ou participer de manière significative. Le capital institutionnel se présente sous diverses formes, comme un grand pupitre de négociation susceptible d’être efficace et d’atténuer la volatilité des marchés, ou un fonds commun de placement achetant pour le compte de ses investisseurs à long terme.

4) Carnets de commande minces

Les investisseurs en crypto apprennent à ne jamais garder les cryptomonnaies sur un échange, qui peuvent être piratés, mais plutôt sur des clés sécurisées. En conséquence, la majeure partie de l’offre échangeable ne se trouve pas dans un carnet d’ordres, mais dans des portefeuilles hors bourse. En revanche, la quasi-totalité des actions négociables d’une société cotée en bourse est négociée sur une seule bourse. Un ordre de marché important peut passer devant un carnet de commandes d’échanges, provoquant quelque chose appelé « dérapage ». En raison de la capacité des grands traders à faire évoluer le marché dans les deux sens et à utiliser des tactiques pour les encourager, la volatilité augmente.

5) Long terme versus court terme

Les crypto-monnaies, pour la plupart, ne peuvent pas être achetées dans des comptes de retraite et sont généralement inaccessibles aux courtiers de détail et aux conseillers financiers, de sorte que tout un écosystème d’investisseurs est exclu. Cela laisse donc des adopteurs précoces qui sont à l’aise avec le problème technologique de la gestion des portefeuilles et des plates-formes de trading en ligne, les mêmes qui actualisent la fameuse application de suivi des cryptomonnaies Blockfolio toutes les 10 minutes.

6) Le phénomène dit de « troupeau »

La cryptomonnaie est en grande partie un phénomène de millenials, méfiant des gouvernements, adopteurs précoces de la technologie et qui ont été principalement exclus des gains d’investissement réalisés au cours de la dernière décennie de hausse des prix de l’immobilier et des marchés boursiers. Mais la plupart des membres de la génération Y n’ont pas l’expérience long terme de leurs homologues générationnels plus matures. Ils ont également tendance avoir un revenu disponible moindre en raison de l’état du marché de l’emploi et de la réduction du temps passé sur le marché du travail. Cette combinaison de facteurs donne lieu à des comportements de marché intéréssants. Un appétit pour le risque dans l’espoir d’obtenir une plus-value en espèces et d’utiliser une part plus importante du capital dont ils disposent pour investir dans des instruments risqués, y compris l’achat de tels investissements à crédit. Lorsque le marché est à la baisse, c’est de l’argent qu’ils ne peuvent littéralement pas se permettre de perdre. Comme il s’agit d’un comportement réactionnaire, ils vont généralement perdre de l’argent avant de sortir du marché. Lorsque le marché se développera, ils achèteront avec l’argent qu’ils n’ont pas. En tant que groupe, cela semble être coordonné en masse, mais ce ne sont d’une somme de motivations personnelles.

L’écosystème crypto-monétaire est désordonné. Ce désordre est propre tant à la nature “révolutionnaire” du bouleversement dont il est la source, qu’à la nouveauté de l’écosystème qui connaît un réel besoin de consolidation de ses acteurs. Si la maturité permettra d’ordonner le monde crypto-monétaire, encore faut-il que les acteurs aient l’opportunité d’en atteindre ce stade. Pour ce faire, un cadre réglementaire doit naître.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *