Qu’est ce qu’un « Fork » pour une cryptomonnaie ?

Un fork désigne littéralement une fourchette, bifurcation, ou encore un embranchement comme le traduit linguee. Appliqué au monde de la blockchain et des crypto-monnaies, le fork désigne un changement de code qui créer deux versions distinctes de la même blockchain. Le plus souvent les forks sont utilisées pour introduire des mises à niveau. L’ancienne version d’une blockchain est remplacée par la nouvelle dès que le fork est exécuté.

Un fork blockchain repose donc essentiellement sur une mise à jour logicielle convenue collectivement. Les chaînes de blocs dépendent de groupes d’ordinateurs décentralisés travaillant tous en collaboration. Chaque ordinateur individuel, communément appelé «nœud complet», exécute le logiciel nécessaire pour vérifier le grand livre public de la blockchain et assurer la sécurité du réseau. Plus il y a de nœuds complets qui exécutent simultanément le logiciel, plus le réseau est sécurisé.
Surtout, chaque nœud complet doit exécuter le même logiciel pour accéder au même registre partagé. En d’autres termes, si se concentre sur le BTC : chaque nœud complet exécutant le logiciel principal de Bitcoin (c’est-à-dire Bitcoin Core) a accès au registre de la blockchain Bitcoin et peut donc vérifier les transactions Bitcoin et accéder à l’historique des transactions Bitcoin. Mais un nœud complet exécutant uniquement le logiciel principal d’Ethereum (c’est-à-dire Go-Ethereum) ne peut pas accéder à la blockchain Bitcoin.

Pourquoi est-ce qu’il existe des forks dans les crypto-monnaies ?

Dans l’univers crypto-monnaitaire, les forks sont utilisées pour régler les désaccords sur les caractéristiques techniques, comme le débat sur la taille des blocs qui a conduit à Bitcoin Cash.

D’autres fois, il s’agit de gouverner la philosophie, comme dans Ethereum Classic.

Certains ont simplement profiter d’un nom de marque, comme Bitcoin Diamond. Ils font partie intégrante de ce qui fait une blockchain décentralisée.

Les forks arrivent assez régulièrement. Depuis sa création, le Bitcoin a à lui seul subit plus de 50 forks.

Quelles est la différence entre le hard fork et le soft fork ?

La version du logiciel est également importante. Si les développeurs Bitcoin Core (ou toute autre personne capable de convaincre suffisamment de nœuds complets de passer à leur logiciel) mettent à jour le code Bitcoin pour installer de nouvelles fonctionnalités ou modifier des paramètres importants, le logiciel mis à jour peut ne pas être compatible avec l’ancienne version du logiciel .

Les forks incompatibles avec les anciennes versions du logiciel sont appelées «hard fork». Les forks « durs » modifient généralement les règles de consensus (c’est-à-dire la taille des blocs, l’algorithme d’exploration de données, le protocole de consensus) d’une manière qui rend les versions précédentes du logiciel incompatibles. Par exemple, la prochaine mise à jour de Casper d’Ethereum changera les règles du protocole de consensus au moment où Ethereum commencera son passage de la preuve de travail (proof of work) à la preuve de participation (proof of stake). Lorsque Ethereum introduira finalement sa mise à jour Casper, la mise à jour sera un hard fork. Les nœuds complets qui choisissent de ne pas mettre à jour leur logiciel ne seront plus compatibles avec les nœuds Casper mis à jour. Heureusement, les fourches rigides Ethereum ne sont généralement pas litigieuses, et la majorité du réseau accepte de mettre à jour. Sinon, un nœud complet exécutant le logiciel Casper mis à jour n’aurait pas exactement le même registre qu’un nœud complet exécutant l’ancienne version. Étant donné que chaque nœud aurait des règles de consensus différentes, il exécuterait essentiellement une chaîne de blocs distincte.
Cependant, certain forks sont compatibles avec les anciennes versions du logiciel. Les «soft forks» sont des mises à jour logicielles qui fonctionnent toujours avec les anciennes versions. Par exemple, la mise à jour SegWit de Bitcoin était un soft fork. Lorsque SegWit a été activé, une nouvelle classe d’adresses (Bech32) a été créée. Mais ceux qui utilisent d’anciennes adresses P2SH n’ont pas été affectés par l’ajout. Un nœud complet exécutant la version 0.1 du logiciel Bitcoin Core pourrait envoyer une transaction non SegWit à un nœud exécutant le logiciel SegWit mis à jour et la transaction serait toujours exécutée. Tant qu’au moins 51% de la puissance de haschage bascule vers le soft fork mis à jour, les anciennes versions du logiciel continueront de fonctionner (si les anciennes versions proposent des blocs invalides, elles formeront temporairement des versions «ancienne chaîne uniquement» du registre rapidement dépassés).

Le cas des hard-forks sans consensus

Tous les forks ne sont pas acceptées à l’unanimité par la communauté. En fait, la plupart des forks les plus célèbres étaient considérées comme des hard forks controversées.

Un hard fork controversé se produit lorsqu’une partie importante des nœuds complets n’est pas d’accord sur la version du logiciel à exécuter. Par exemple, le hack Ethereum DAO (dans lequel 55 millions de dollars d’ETH ont été volés) a provoqué un vif débat au sein de la communauté. De nombreux nœuds complets voulaient inverser le piratage et restituer les fonds volés. Cependant, de nombreux autres ont fait valoir qu’inverser le hack minerait fondamentalement la légitimité de la blockchain. Les deux parties n’ont pas pu parvenir à un accord. La communauté qui était contre l’inversion du hack s’est finalement dissoute et a formé une nouvelle blockchain, Ethereum Classic.
Ainsi, les propriétaires de la crypto-monnaie d’origine recevront souvent des quantités proportionnelles de la nouvelle crypto-monnaie créée dans le hard fork controversé. Après le fork d’Ethereum Classic, les propriétaires d’ETH ont tous reçu un ETC proportionnel à la quantité d’ETH qu’ils possédaient.

En cas de fork, n’oubliez pas d’obtenir votre nouvelle crypto-monnaie !

Pour aggraver les choses, les détenteurs ne savent souvent pas qu’un fork a eu lieu et de nombreuses cryptos ne sont donc pas réclamées ! Aux USA, l’IRS considère les forks comme des événements imposables.

En France, le fork du BTC a déjà fait naitre un contentieux suite à un prêt de crypto-monnaies entre deux sociétés.

Investir dans une crypto avant le fork ?

Les fourches dures créent souvent une volatilité des prix. Il est important de connaître le contexte et les détails autour de chaque fourche afin de profiter de ces changements parfois drastiques et soudains.

Vous devez étudier méticuleusement : le contexte et le timing !

Regardez la réaction du marché lors des précédents forks, mais également des airdrop, des événements juridiques et réglementaires ainsi que tout ce qui pourrait affecter le prix de l’actif crypto-monnaitaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *